Isabelle Doumenc

  • PHYTO-AROMA

    Huiles essentielles et plantes nous apportent de nombreux bienfaits injustement oubliés ces dernières années au profit de remèdes moins naturels. Par opposition aux médicaments obtenus par synthèse chimique, la phytoaromathérapie est la médecine naturelle par excellence !

    L’aromathérapie utilise les huiles essentielles. Ce sont des essences de plantes obtenues par distillation à la vapeur d’eau ou par extraction (pression à froid) pour les agrumes. Leur voie d’administration varie suivant leur composition chimique et le but recherché : massage ou application locale, diffusion dans l’atmosphère, inhalation olfactive ou par voie orale.

    Les produits utilisés doivent être d’une qualité irréprochable. Le chémotype caractérise une huile essentielle d’un point de vue botanique et biochimique. En choisissant un chémotype précis, c’est la garantie d’une qualité thérapeutique et d’une sécurité d’emploi.

    La phytothérapie utilise les plantes entières ou une partie seulement. Les différentes parties d’une plante n’ont pas les même propriétés. On pourra parler de fleurs, racines, feuilles…
    Leurs principes actifs sont extrêmement bien reconnus et assimilés par le corps humain.

    Les plantes et huiles essentielles ont des effets curatifs et préventifs pour de nombreux troubles et affections. Elles sont utilisées en naturopathie dans le cadre des modifications d’hygiène de vie proposées.

    A LIRE   Mal de gorge, rhume ? Utilisez les plantes pour y couper court !

    Plantes et huiles essentielles sont proposées selon les thématiques évoquées dans mon livre « Le réflexe médicament, c’est fini ! », Jouvence 2016 : Nez, gorge, oreilles / Maux de tête et migraines / Maux de ventre / Anxiété, dépression, troubles du sommeil / Spécifiquement féminin / Problèmes de peau / Douleurs articulaires et musculaires.

    Phytothérapie et aromathérapie viennent aussi aider à ajuster les hormones thyroïdiennes : « Les dérèglements de la thyroïde, c’est fini ! », Jouvence 2017.