Isabelle Doumenc

  • "Perturbateurs endocriniens, une bombe à retardement pour nos enfants", Larousse, mars 2017.

    Les hormones sont des messagers chimiques véhiculés par le sang d'un organe à un autre et qui contrôlent des domaines aussi vitaux que la croissance, le développement, la sexualité, le métabolisme…

    Notre fonctionnement global est aujourd'hui parasité par les perturbateurs endocriniens qui ciblent principalement les œstrogènes, les androgènes, la thyroïde et l'insuline.


  • HORMONAL

    Le système hormonal est une mécanique complexe et d’une infinie précision qui, lorsqu’elle n’est plus ajustée, peut provoquer : sautes d’humeur, irritabilité, syndrome prémenstruels marqués, bouffées de chaleur, troubles du sommeil, prise de poids, baisse de la libido, fatigue, frilosité, amaigrissement rapide.

    Par excès de stress et de travail, les glandes surrénales qui génèrent les hormones du stress, cortisol, adrénaline, noradrénaline peuvent se dérégler. Une production anarchique de cortisol aura des conséquences sur les autres hormones. Avec à la clé, des déséquilibres comme ceux de la ménopause ou les syndromes prémenstruels, mais aussi tous les dérèglements majeurs liés à une thyroïde trop sollicitée.

    Le tandem digestif intestin / foie a un rôle primordial dans la désactivation des hormones une fois qu’elles ont fait leur travail. Si cette mission n’est pas remplie correctement, certaines hormones repartent dans la circulation sanguine et reviennent délivrer leur message alors que ce n’est plus le moment.

    D’ou l’importance  de vérifier lors de la consultation, votre système digestif, votre alimentation (dont le statut en micronutriments) et la prise en charge de votre stress.

    L’impact des perturbateurs endocriniens sur le système hormonal

    Ces molécules chimiques  sont partout : dans nos crèmes pour le corps, dans le dentifrice de nos enfants, dans notre assiette cachés dans les légumes, les viandes, les poissons, les céréales. Sur nous, dans nos vêtements, dans l’eau. Les perturbateurs endocriniens provoquent des dérèglements hormonaux graves et irréversibles, sortes de bombes à retardement qui risquent de rendre malades nos enfants et peut-être aussi leurs enfants et leurs petits-enfants. Le consensus scientifique ne laisse pas de place au doute :  les perturbateurs endocriniens provoquent  des  troubles de la fertilité, des cancers du sein, de la prostate, de la thyroïde, du diabète, de l’obésité, de l’autisme, des troubles de l’hyper activité et diminuent les facultés intellectuelles
    Les particularités de cette pollution nous permettent précisément de pouvoir en partie nous en protéger. Ils sont nocifs à certaines période de vie comme la grossesse. Ces polluants perturbent  le système hormonal responsable d’une programmation minutieuse lors de la croissance du fœtus. La période de grossesse est donc la plus à risque, il est important de s’en protéger dès l’envie d’avoir un enfant, pendant  la grossesse, et lors de la croissance de l’enfant du bébé à la puberté. Je vous apprends en consultation à les repérer et à les éradiquer de votre quotidien, et c’est aussi l’objectif de mon livre paru aux éditions Larousse le 29 mars 2017 : « Perturbateurs endocriniens, une bombe à retardement pour nos enfants ».

     

    Quelle quantité de saumon consommer sans risque pour la santé ? Les divers polluants que nous ingérons à travers la consommation de poisson  peuvent entraver les hormones thyroïdiennes essentielles au bon développement cérébral du bébé dès les débuts de la grossesse. Il faut donc limiter sa consommation dès le projet de conception, pour les femmes enceintes, allaitantes et pour les enfants de moins de 3 ans.